Glissement de terrain

> Cugnaux, Quai des arts — 4 mai / 3 juin 2017

Clémentine Fort, Christophe Clottes et Guillaume Batista Pina proposent une installation collective pensée pour le centre d’arts visuels du Quai des arts à Cugnaux.

Dans un contexte urbain, lorsque l’on questionne la place de l’Homme dans son environnement, la confrontation entre nature et architecture est la plus attendue, alors qu’a l’évidence c’est l’adaptation de l’une à l’autre qui se révèle la plus intéressante. Un mouvement de réciprocité noue l’architecture à son contexte en les faisant battre au même rythme, unis par un lien vivant.

L’oeuvre imaginée consiste à déplacer un échantillon de la flore urbaine qui se développe à l’extérieur de l’espace d’exposition, à l’intérieur de celui-ci ; et à créer à partir de ces plantes une installation plastique et sonore à la fois fragile et aléatoire qui poussera pendant l’exposition.

Ce jardin va se déployer de manière spontanée : au croisement du mur et du sol, dans les interstices des dalles de marbre ou ceux des murs de béton. Dans un espace d’exposition vidé, tourné vers son architecture spectaculaire, les subtiles interventions “paysagères” se jouent de leur environnement. La lenteur, l’instabilité, et l’expérimentation “s’opposent” à l’espace architectural pensé comme achevé et permanent. Et c’est le son, produit à l’approche du spectateur qui semble attirer le regard de celui-ci sur ce qui paraît ne pas exister : ce vivant, cet éphémère qui pousse et repousse le fini et l’inaltérable.

Vernissage mercredi 3 mai à 19h30 en présence des artistes.

+